Firefox Quantum est disponible !

Firefox Quantum

Après plusieurs mois de teasing de la part de Mozilla, Firefox version 57, alias Quantum, est disponible depuis le 14 novembre. Rapide retour sur cette nouvelle mouture du célèbre navigateur.

Depuis plusieurs années, Firefox accusait le coup d’une concurrence extrêmement dure, venue principalement de Google Chrome. Il faut dire que depuis que Google s’est lancé dans la bataille des navigateurs, la firme n’avait pas fait les choses à moitié. Tout d’abord, dès les premières versions, Chrome s’était imposé comme un concurrent très sérieux d’un point de vue technique, au contraire d’Internet Explorer par exemple. Avec un très bon support des nouveautés CSS et un excellent moteur de rendu Javascript, Chrome offrait aux développeurs des outils performants et innovants, et au grand public une navigation web agréable et rapide. Ajoutez à cela la puissance de communication de Google, société omniprésente sur internet, notamment à travers le réseau Adwords/Adsense, et la généralisation d’Android sur mobiles et tablettes, et Chrome s’est imposé comme le navigateur ayant la plus forte progression quasiment depuis sont lancement. Firefox, pendant ce temps, luttait pour rester dans la course, et prenait un certain retard technique. Nombre d’utilisateurs ont abandonné le produit de Mozilla pour se tourner vers Chrome pour cette simple raison.

Cette version 57 de Firefox apparaît donc un peu comme la dernière chance pour Firefox de rester dans la course et récupérer quelques parts de marché. Autant dire que la tâche sera rude car la force de Google réside dans l’intégration de sa suite d’outils, et les utilisateurs ayant mis un pied chez le géant américain risquent d’avoir bien du mal à le retirer (bien que la difficulté tienne plus aux habitudes qu’à de véritables problèmes techniques). Mais après quelques heures de tests de cette version 57, il semblerait que le panda ait sorti ses griffes, et que la partie ne soit pas forcément perdue. Voici une petite présentation des nouveautés de Firefox Quantum.

Rapidité et performances

C’est l’argument phare de Mozilla, et ce n’est pas un des moindres car c’est justement là-dessus que Chrome a fait la différence il y a quelques années. Pour améliorer la rapidité de navigation, Firefox a soigné ses performances, notamment en termes de consommation de mémoire et de CPU : En clair, pour naviguer sur internet, le logiciel sollicite moins les ressources de l’ordinateur car il en tire beaucoup mieux parti. Les pages s’affichent très vite, les animations JS sont moins saccadées, les styles CSS sont interprétés presque instantanément. Le navigateur est aussi plus performant lorsque beaucoup d’onglets sont ouverts simultanément, ce qui est le cas chez nombre d’internautes. D’un point de vue technique, ces améliorations sont dues à la combinaison de plusieurs changements technologiques complémentaires, intervenant à différents niveaux du logiciel (exploitation du parallélisme à différents degrés, nouveau moteur de rendu CSS, utilisation du langage Rust…), voir les liens en bas d’article pour plus d’information.

Nouvelle interface utilisateur

Firefox 57 intègre une nouvelle interface utilisateur, portant le nom de Photon. Globalement, l’interface est plus adaptative qu’auparavant, avec de nombreuses possibilités de personnalisation, tant en termes d’esthétique (thèmes) qu’en termes d’utilisabilité : différentes tailles d’interfaces sont disponibles afin de répondre à la multitude de résolutions d’écrans aujourd’hui disponibles. Les choix laissés à l’utilisateur sont particulièrement appréciables (là où Chrome a tendance à imposer, Firefox continue de proposer).

Nouvelles fonctionnalités

Firefox Quantum intègre quelques évolutions fonctionnelles. Un menu bibliothèque fait son apparition, regroupant marque-pages, Pocket, historique, téléchargements et onglets synchronisés. On perçoit dans ce changement la logique multi-plateformes engagée depuis quelques temps, insistant sur la synchronisation entre les versions mobile et bureau du navigateur.

Un outil de capture d’écran est intégré au navigateur,  avec des fonctions plutôt pratiques (sélection de zones à capturer manuellement, ou basée sur le DOM, capture de page intégrales).

Autre point important : Firefox ne supporte désormais que les extensions du format WebExtensions. Cette évolution se place dans une logique de standardisation et de compatibilité avec les extensions des autres navigateurs, c’est donc plutôt une bonne chose. Cependant, les extensions développées sur des standards plus anciens ne sont plus supportées.

La renaissance de Firefox ?

Vous l’aurez compris, cette version 57 est une véritable remise à plat du navigateur, dont le potentiel reste à définir. Le confort apporté par cette mouture pourrait ramener une partie des utilisateurs perdus ces dernières années. Mais l’essentiel se jouera sûrement dans les mois et années à venir : Il faudra que Firefox reste en pointe sur les futures évolutions du web.


Plus d’informations :

 

L'auteur : Clément Romier

Graphiste multimédia de formation, je fonde Les Pixels Associés en 2012. Ce blog est un espace d’analyse et de réflexion, mais vous y trouverez aussi les actualités de l’entreprise. Bonne lecture !